Personnel de Mburu  © Mburu

Mburu : une entreprise qui mise sur les femmes

Une marque de boulangerie locale
crée des emplois pour des femmes et des jeunes

Projektdaten

SITUATION DE DÉPART ET DÉFIS

Un chômage féminin élevé dans les zones rurales

Au Sénégal, les demandeurs d'emploi en âge de travailler sont majoritairement jeunes et de sexe féminin. En outre, le chômage des femmes est plus élevé dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Un grand nombre des entreprises opèrent ou sont installées à Dakar. Mais les zones rurales sont également pleines de potentiel, notamment dans le domaine de l'agriculture et grâce à des femmes demandeuses et réceptives. Isseu Diop l'a compris et a fondé la marque de boulangerie Mburu.

Mburu – qui signifie pain dans les langues wolof et bambara – est spécialisée dans la commercialisation de produits de boulangerie et de boissons. L'idée de l'entreprise, qui est basée sur la côte ouest du Sénégal, est de produire et de vendre des spécialités locales « Made in Senegal ». Isseu Diop, fondatrice et promotrice du réseau Mburu, avait dès le départ à l'esprit le volet social et l'emploi de son entreprise : « J'avais l'intention de m'impliquer dans un projet lié à l'emploi et à l'autonomisation des femmes. L'idée a lentement grandi, puis s'est concrétisée en 2019 avec le projet Mburu », explique-t-elle. En conséquence, les points de vente de l'entreprise sont gérés exclusivement par des femmes issues du milieu rural. Les ingrédients cultivés localement, tels que le mil, le maïs, les tubercules et les fruits de saison, sont utilisés pour la fabrication des produits de boulangerie. Avec Mburu, Isseu Diop veut aider les jeunes de la région à avoir un meilleur accès à l'emploi.

L'entreprise est désormais soutenue par Invest for Jobs : En formant le personnel à l'utilisation des équipements techniques et en améliorant la distribution, ainsi qu'en créant de nouveaux points de vente. L'objectif est de créer davantage d'emplois pour les jeunes et les femmes dans la région côtière du pays. Ce faisant, la chaîne de valeur agricole du pays sera également renforcée.

APPROCHE ET OBJECTIFS DU PROJET

Un projet ayant un fort impact sur d'autres communautés

« Dès le début, le projet nous a séduit ! En particulier son volet social et son fort impact sur les communautés », déclare Oumou Diop, responsable de composante de la GIZ au sein de l'Initiative spéciale Formation et Emploi. Elle est également enthousiasmée par le développement des chaînes de valeur agricoles, qui donne au projet une base solide en encourageant la culture locale des céréales. En soutenant cette entreprise africaine de taille moyenne, le projet se concentre sur une approche de l'Initiative spéciale visant à renforcer le secteur des PME africaines en tant que moteur de l'emploi sur le continent et investit dans le développement local.

© Mburu // Dans une agence Mburu
© Mburu // Dans une agence Mburu


Le projet commence par la professionnalisation des équipes par le biais de la formation professionnelle. En juillet 2020 déjà, l'équipe de production de Mburu – composée de six jeunes apprentis boulangers et pâtissiers âgés de 18 à 30 ans – a bénéficié d'une formation d'une semaine en techniques de production. Dans ce cadre, de nouvelles lignes de produits ont également été créées.

En outre, l'Initiative spéciale soutient le volet marketing et communication de l'entreprise afin d'accroître la reconnaissance de la marque. La création d'une quinzaine de points de vente est prévue et la logistique sera encore optimisée. L'objectif est de garantir une meilleure qualité des produits commercialisés et de transférer l'expansion du modèle commercial à d'autres communautés rurales. Les jeunes de la région seront également impliqués en créant de nouvelles opportunités d'emploi dans plusieurs points de vente de la Petite Côte.

BILAN ET PERSPECTIVES

Un modèle qui peut être dupliqué dans différents secteurs

Jusqu’à présent, 46 personnes ont été formées en production, commercialisation et culture d’entreprise et neuf nouveaux emplois ont été créés. Pour étendre la présence de la marque entre les villes de Somone, Ngaparou et Mbour sur la Petite Côte, Invest for Jobs a financé l'ouverture de 15 points de vente. Le 30 juin 2021, les quatre premiers kiosques ont été inaugurés à Ngaparou. Pour les vendeuses, les conditions de travail et d'hygiène se sont nettement améliorées.

© Mburu // Un des kiosques Mburu
© Mburu // Un des kiosques Mburu


En outre, la distribution des marchandises a été optimisée par la mise à disposition d’un tri-cycle et d’une fourgonnette. En adaptant ses activités de marketing et de communication, l'entreprise a pu améliorer son profil, notamment grâce à la création d'un site web et à sa présence sur les réseaux sociaux.

« Grâce au soutien de nos partenaires, nous pouvons étendre l’activité de Mburu sur les axes Somone, Nguerigne Sérère, Ngaparou, Saly et Mbour. Nous prévoyons également une installation à Dakar, car la demande y est très forte », explique Isseu Diop. « Par ailleurs, nous sommes dans une démarche de recherche et de développement, pour innover en termes de produits et améliorer la qualité de nos pains et pâtisseries ».

« Invest for Jobs continuera à soutenir Mburu dans les mois à venir et soutiendra de la même manière d'autres entreprises dans d'autres secteurs à l'avenir », déclare Oumou Diop.

L’entreprise Mburu est soutenue par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH dans le cadre de l’Initiative spéciale Formation et emploi du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ).

Phase actuelle du projet

Mise en oeuvre

Sites du projet


Sénégal Ngaparou, Petite Côte

Objectifs du projet

Secteur

Agrobusiness

Projet mené avec

Entreprises

Partenaires

Contact

Contactez-nous

Vérifiez s’il vous plait les champs suivants:
Nous attendons votre message avec impatience. Nous sommes à votre disposition à tout moment.

Contact presse

Téléphone : +49 30 / 18 535-28 70 ou -24 51

Fax : +49 30 / 18 535-25-25 95

Courriel : presse@bmz.bund.de

Veuillez noter que le Service de presse ne répond qu’aux questions des journalistes.